Jeu de rôle Médiéval-Fantastique
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 A travers les brumes [Boïmir, Adelior] [Quête libre]

Aller en bas 
AuteurMessage
Dorian Websther
Mage
avatar

Nombre de messages : 720
Âge : 25
Localisation : Archipel d'Eolia, Nord de Zagorne
Date d'inscription : 29/11/2008

Fiche Perso
Niveau:
3/10  (3/10)
Expérience:
60/100  (60/100)
Données:

MessageSujet: A travers les brumes [Boïmir, Adelior] [Quête libre]   Lun 4 Jan - 19:20





Sudra, de l'an 2273


Dorian s'approcha du Monolithe situé au sud de Teysor, sur la rive du lac Uryel où se trouvait la Citadelle d'Ivoire. Le Neï lui fit signe d'avancer d'un "oooh" qui se voulait rassurant. Webshter pivota sur ses pieds et l'Ange Gardien qui lui avait servit d'escorte lors de la traversée lui remit l'épée Sarya qui était enveloppée dans une linge blanc fin. Le Mage l'attacha à sa ceinture, à la place de son épée habituelle. Pour ne pas être alourdi durant cette mission, il avait préféré ne pas prendre son arme mais favoriser trois poignards répartis sur tout son corps. Les armes physiques n'étaient que rarement utilisées car elles étaient suplantées par la Magie. Websther s'avanca donc auprès de la pierre magique où était posté le Neï. L'artificier activa la machine et les runes qui la recouvraient se mirent à briller avec une intensité croissante ainsi que les trois mètres alentour. Il y eut un soudain bruit sourd, une lumière aveuglante puis plus rien. Dorian ouvrit les yeux dans un brouhaha incroyable. Tout autour de lui se tenaient, imposants, des hauts bâtiments au style archérosien (un très ancien design elfique). Le Neï payé à l'avance pria donc à l'Ange de se pousser pour laisser les autres clients. En effet, il ne le remarqua pas tout de suite mais un groupe d'une dizaine de personnes attendaient non loin du Monolithe. Websther posa la main sur le pommeau de Sarya et commença à marcher. La machine était située sur une vaste place de la ville d'Archeros, non pas dans le noyau urbain mais entre le centre-ville et la périphérie. La place servait actuellement de marché aux bestiaux et c'était de là que venait le bruit assourdissant. L'Ange demanda la direction du port à un passant qui lui indiqua de suivre l'artère principale sur le côté ouest de la place.
Après une demie-heure de marche rapide - comme à l'habitude de Dorian - il aboutit sur le port. A partir de là, Dorian savait à peu près se retrouver. Il chercha une des nombreuses annexes du port, c'est à dire une sorte de port fermé où ne passaient que des bateaux de petites tailles.

Spoiler:
 

Il trouva enfin l'annexe 37, celle où il avait donné rendez-vous à ses compagnons de voyage pour cette mission. Il s'installa au bar "L'Heure creuse" et attendit patiemment après avoir commandé un grand verre d'eau glacée.

_________________
_________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelior Sil'Endra
Mage
avatar

Nombre de messages : 65
Date d'inscription : 12/12/2009

Fiche Perso
Niveau:
1/10  (1/10)
Expérience:
65/100  (65/100)
Données:

MessageSujet: Re: A travers les brumes [Boïmir, Adelior] [Quête libre]   Sam 9 Jan - 20:16

*Je me demande si... Oui je pense que ça ira bien...*

Adelior Sil'Endra réfléchissait, assis dans son siège, dans le bureau qui était désormais le sien depuis maintenant quelques années. Il avait voulu un cadre simple, rien d'extravagant. C'est pourquoi il ne disposait dans le bâtiment d'Unomav que d'un siège suffisamment confortable, un bureau large commun, dans une pièce juste assez grande pour contenir ces deux là ainsi qu'une lourde bibliothèque, et trois sièges faisant face au jeune homme. Rien de bien compliqué ni même amusant, à vrai dire. Cela avait étonné Liodhan, son père, qui disposait, lui, d'un bureau si grand et si orné que chacun se sentait petit et faible en y entrant. Adelior préférait traiter ceux qu'ils voyaient avec une atmosphère d'égalité et sérieuse, c'est ainsi qu'il concevait la manière de travailler, quand on avait des rapports avec une quelconque clientèle.

C'est d'ailleurs sur un projet écrit par le Duc de Sithranis que lui avait confié son père qu'il était en train de réfléchir. Cela consistait globalement en un allègement des impôts locaux au profit de la population, sur une durée encore incertaine à déterminer, avec comme compensation pour le gouvernement du Duc l'aide de la banque en finançant les projets du Duc que Liodhan, en tant que Directeur d'Unomav, avec l'aide des membres éminents de la Cour de Sithranis, jugerait indispensables. Cela permettrait pendant cette période de faire respirer la population, la mettre en confiance, et lui permettre ainsi de relancer elle-même l'économie de Sithranis qui la voyait s'amenuiser peu à peu. Ainsi le territoire pourrait prospérer, et grâce aux limitations de la Cour et de Liodhan, le Duc économisera tout en établissant des projets essentiels, dont le financement sera remboursé lorsque la prospérité aura fait flux. D'après Adelior, cela pourrait fonctionner, et de part la richesse d'Unomav, ce n'était qu'un petit investissement de la part de la banque, qui en impliquerait d'autres bien plus bénéfiques, lorsque d'autres gouvernements établiront le même contrat, après avoir vu le succès du projet. Dans le cas d'échec, la perte serait minime pour la banque, donc le projet était le bienvenu. Cependant Adelior et son père ne s'inquiétaient guère de la réussite du projet. Le tout restait à savoir, pour Adelior, qui était à la base d'une idée si novatrice et brillante, car son père et lui se doutaient bien que cela n'aurait même pas effleuré l'esprit du Duc...

Quelqu'un frappa alors à la porte, sortant le jeune homme de ses pensées. Un messager entra et lui apporta son cachet, la cire était marquée du symbole de la Citadelle d'Ivoire. Un sourire apparut sur le visage du jeune homme alors qu'il invita le messager à s'asseoir, étonnant celui-ci.

"Hé bien! chacun a le droit de reposer quelques minutes son corps quand il a parcouru un long chemin, non? Et quand bien même, le simple fait de parvenir ici en ayant gravi tous les étages qui me séparent du hall mérite un moment de répit!"

Le sourire jovial du jeune homme persuada le messager qui ne se le fit pas prier plus. Adelior prit le message et l'ouvrit. Il le parcourut sans broncher, et finit par ranger la lettre dans un tiroir que ne pouvait voir le messager d'où il était. Il le referma avec une clef et prit ce dont il avait besoin pour écrire une missive. Lorsqu'il eut terminé, deux minutes plus tard, il rendit la lettre scellée au messager, avec dix pièces d'or sorties d'une poche intérieure.

"Si tu te sens prêt à monter les derniers étages de cette tour pour livrer ce message à mon père, dans son bureau, tu pourras tout redescendre d'une traite et rentrer chez toi avec cet argent, qu'en dis-tu?"

La somme était bien supérieure à ce que le messager gagnait en une semaine de la part des correspondants, donc il ne se fit pas prier une fois de plus. D'autant que le travail n'était pas extrême, il n'avait que des marches à monter, contre quelques dizaines de lieues habituellement. Il hocha donc la tête, prit le tout et se hâta de livrer sa missive. Une fois seul, Adelior se leva de son siège, souriant. Il disposait enfin d'une aventure pour tester ses capacités. Cependant il était évident qu'il irait seul, comme il l'avait indiqué à son père. Ce dernier ne sera probablement pas très joyeux quand il l'apprendra, raison pour laquelle dix pièces d'or n'étaient encore qu'une faible récompense pour le pauvre messager...

En revanche, cela impliquait qu'il devait partir immédiatement, et sans ses deux compagnons de voyage habituels. D'ailleurs, il pensait qu'il les congédierait d'ici peu, il ne pensait plus en avoir vraiment besoin, après tout ce temps... Il n'avait jamais été attaqué en chemin jusqu'à présent, ou rarement, mais pas pour son statut, donc il était évident qu'il n'avait pas besoin d'escorte, d'autant qu'il en savait bientôt plus que son précepteur en matière de magie...

*Mais qu'importe, le problème n'est pas encore là, je dois simplement partir incognito, pour le moment. La destination n'est pas excessivement loin...*

Adelior réfléchit quelques instants à une solution. Puis il agrippa ses affaires et sortit de son bureau en le refermant à clef. Il choisit alors le chemin le plus improbable et le plus long pour sortir de la banque. Ainsi, si son père lançait des recherches pour l'empêcher d'y aller, bien qu'Adelior en doutait un peu, il les entendrait et le saurait donc, car ils ne le chercheraient pas sur ce chemin, et le manque de discrétion des gardes ne lui échapperait pas...





***





Grâce au seul Monolithe dont disposait Sithranis, que le jeune homme avait rejoint grâce à une monture rapide, il se retrouva devant un Neï, comme lorsqu'il avait quitté Sithranis. Sur le moment, il ne fut pas certain que la téléportation avait fonctionné, mais il reconnut la ville d'Archéros tout autour de lui et il quitta alors précipitamment la zone du Monolithe, laissant d'autres gens l'utiliser. Comme à son habitude chaque fois qu'il venait dans cette ville, Adelior se boucha les oreilles avec du coton pour atténuer les bruits des marchandages qui lui résonnaient dans les oreilles. Malgré cela, il entendait distinctement ce qui l'entourait et la plupart des autres bruits environnants, mais avec une intensité atténuée. Le jeune homme prit ses repères quelques instants avant de trouver le chemin qu'il emprunterait. Il connaissait assez Archéros de part ses fréquentes affaires dans cette ville essentiellement marchande, donc il sut rejoindre le port facilement. Pour ce qui était du bar et de l'annexe 37 dont l'ange Dorian Websther parlait dans sa missive, ce serait plus difficile car il n'avait jamais fréquenté cette zone-ci encore. Il n'aimait pas beaucoup les bateaux...

Il mit une bonne heure à trouver l'annexe, et quelques minutes pour le bar. "L'heure creuse". Un nom relativement en accord avec l'activité du coin, où les marins et dockers ne devaient remplir les bars que pendant leurs heures creuses, justement... Adelior entra dans le bar et repéra très rapidement Dorian Websther parmi les clients. En effet, il était le seul ange, et vu son accoutrement, il ne semblait pas pouvoir venir d'ailleurs que de la Citadelle d'Ivoire.

Le jeune homme s'approcha alors, et s'assit à ses côtés au bar, après avoir commandé un simple jus de fruit, le visage souriant.

"Dorian Websther, je présume? Vous ne passez pas inaperçu dans ce contexte! Je suis Adelior, votre compagnon de fortune pour cette mission. Heureux de vous rencontrer!"


Le jeune homme tendit alors la main vers l'ange pour clore les présentations.





[HJ: Désolé pour le retard, j'ai eu une semaine chargée, mais j'ai entendu dire que je n'étais pas le seul sur Neïliona ^^ ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorian Websther
Mage
avatar

Nombre de messages : 720
Âge : 25
Localisation : Archipel d'Eolia, Nord de Zagorne
Date d'inscription : 29/11/2008

Fiche Perso
Niveau:
3/10  (3/10)
Expérience:
60/100  (60/100)
Données:

MessageSujet: Re: A travers les brumes [Boïmir, Adelior] [Quête libre]   Mar 12 Jan - 23:47

Un jeune homme fort bien vêtu et agréable à la vue s'approcha de lui, une verre de jus de fruits à la main. L'inconnu lui tendit la main et se présenta :

"Dorian Websther, je présume ? Vous ne passez pas inaperçu dans ce contexte ! Je suis Adelior, votre compagnon de fortune pour cette mission. Heureux de vous rencontrer !"

Websther lui serra la main avec une fermeté qui pourrait semblait inhabituelle vu la frêle carrure de l'Ange. Ce dernier sourit audit Adelior qui prit place face à lui. Alors qu'il s'installait, Dorian prit soin de détailler celui qui allait être son compagnon de route. Il semblait être quelqu'un de sérieux et de compétent. Sa carrure physique normale - ni trop musclé comme un guerrier, ni trop maigre comme l'Ange - semblait suffisante pour supporter le voyage.


"En effet, c'est bien moi. J'espère que vous avez mis du temps à trouver cette annexe !"
Comme l'humain fronça les sourcils, Dorian balaya l'air de la main et précisa en souriant : "J'ai choisi exprès un endroit difficile à trouver pour être éloigné des lieux potentiellement dangereux pour la marchandise que je transporte." Finit-il en jetant un coup d'œil à l'épée qui était bien rangée dans son fourreau, à sa taille.

L'Ange prit de ses doigts maigres le citron qui flottait à la surface de l'eau de son verre.

"Nous n'attendons plus qu'une seule personne. Il s'agit d'un Nain."

Puis il croqua goulument dans la lamelle. Le jus acide réveilla toutes les papilles de sa langue et coula au fond de sa gorge. Pour ôter le goût, il but une grande gorgée d'eau.

"Puis-je en savoir un peu plus sur vous ? Ne le prenez pas mal mais je me dois d'en savoir un peu plus sur mes compagnons de route pour cette quête."


[HJ : Adelior, tu dis dans ton Rp que ton personnage prend le "seul monolithe de Sithranis". Je tiens juste à préciser qu'il y a très peu de ces pierres sur les continents, tout au plus une dizaine sur Linoa.]

_________________
_________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelior Sil'Endra
Mage
avatar

Nombre de messages : 65
Date d'inscription : 12/12/2009

Fiche Perso
Niveau:
1/10  (1/10)
Expérience:
65/100  (65/100)
Données:

MessageSujet: Re: A travers les brumes [Boïmir, Adelior] [Quête libre]   Ven 15 Jan - 0:52

L'ange répondit chaleureusement au jeune homme, ce qui plut à celui-ci.

* On peut s'entendre, un avantage vu l'aventure qui s'annonce! *

Adelior s'assit en face de Dorian, conscient que ce dernier l'évaluait du regard. Il se prit alors au jeu, remarquant un détail auquel il n'avait pas fait du tout attention en entrant. L'ange portait à sa ceinture une épée dont le pommeau, seule partie alors voyante pour Adelior, promettait que le reste soit d'une facture de main d'artiste, laissant ainsi deviner la puissance que l'esprit pouvait alors lui imaginer... Cela devait être l'épée dont il était question pour la mission, à moins que Dorian une collection d'épées de ce style dans sa salle d'armes. Le jeune Neïlionien sourit alors, il devait arrêter de penser que tout le monde possédait une salle d'armes chez soi, tout comme une bibliothèque par ailleurs...

"En effet, c'est bien moi. J'espère que vous avez mis du temps à trouver cette annexe !"

Le jeune homme regarda l'ange sans comprendre la blague. Mais il comprit bientôt.

"J'ai choisi exprès un endroit difficile à trouver pour être éloigné des lieux potentiellement dangereux pour la marchandise que je transporte."

Dorian lui montra du doigt l'épée, validant alors l'hypothèse du jeune homme sur sa provenance. Adelior hocha donc la tête, pour montrer que le message était reçu.

"Nous n'attendons plus qu'une seule personne. Il s'agit d'un Nain."

Tandis que l'homme ailé s'amusait avec son citron, Adelior but quelques gorgées de son jus de fruits. Il s'apprêtait à répondre à la blague, lui revenant en tête, lorsque son interlocuteur prit la parole, le devançant.

"Puis-je en savoir un peu plus sur vous ? Ne le prenez pas mal mais je me dois d'en savoir un peu plus sur mes compagnons de route pour cette quête."

Ah, la question était plutôt directe, et même si cela partait d'une bonne intention, Adelior ne pouvait révéler son identité précise... Il fallait la contourner, quoique... Adelior étira ses lèvres en un mince sourire signifiant qu'il comprenait le but.

" Bien sûr! C'est tout à fait normal. Je suis, pour faire simple, un idéaliste pensant que pour rétablir un ordre dans le monde, il ne suffit que d'un peu d'imagination, de persévérance et d'un brin de magie. Oui, vous l'avez deviné, je suis donc mage. Mais mon niveau reste relativement basique. Je cherche par diverses aventures à acquérir une certaine expérience et une certaine connaissance de Neïliona pour me permettre de me rapprocher de mon idée. Ce n'est probablement qu'un rêve, mais j'avance ainsi... Et vous, Dorian Websther? Je pense que nous pouvons parler, en attendant le dernier du trio! "

Adelior but quelques autres gorgées de sa boisson, puis, toujours souriant, attendit la réponse de l'ange. Il pensait qu'un ange devait toujours avoir une bonne histoire à raconter sur lui-même, ou pas. Quoi qu'il en soit il avait hâte de savoir à quoi pouvait ressembler la vie d'un ange, il n'en avait pas vu beaucoup durant ses quelques vingt années. Maintenant qu'il y pensait, outre des humains, des elfes et des Neïs, il n'avait pas rencontré beaucoup de représentants des autres races durant sa jeunesse, juste quelques uns; et encore, pour les différentes sous-races d'elfes...





[HJ: Désolé du retard, hier je n'ai pas eu le temps de répondre, et ce soir j'ai terminé les cours à 19h ^^' Oui, pour le Monolithe, je le sais, je voulais dire par là que justement, il y en avait peu, et que Sithranis en possédait un sur son territoire ^^' Comme il n'y a pas de carte ou de localisation des quelques monolithes de Neïliona, pour m'arrranger j'ai supposé que Sithranis en avait un, mais un seul ^^' ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Boïmir Koc'h

avatar

Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 10/10/2009

Fiche Perso
Niveau:
1/10  (1/10)
Expérience:
10/100  (10/100)
Données:

MessageSujet: Re: A travers les brumes [Boïmir, Adelior] [Quête libre]   Sam 16 Jan - 1:43

[Hrp: par soucis de cohérence, mon Rp se situe avant la mission humanitaire, quelques mois après l'arrivée de Boïmir sur Linoa. Désolée du retard !]

Revenant à peine de la forêt d'Elindaë, le cœur remplit du courage de celui qui se lève de bonne heure, Boïmir se tenait au-dessus de Sudra, une ville portuaire de l'ouest de Linoa. Il espérait y trouver de quoi financer un voyage vers l'est du continent, et, par la même occasion, s'offrir quelques bonnes pintes avant de partir.
Il s'était déjà trouvé un bon compagnon: Corne Dure, un solide mouflon aux tendances quelque peu indépendantiste avait répondu à son appel. Le nain et l'animal avaient échangé leurs impressions profondes, et, en peu de temps, un véritable lien de confiance s'était établi. Le vifier, qui ne se connaissait même pas sous ce nom, et qui ne cessait de s'émerveiller des choses qui l'entouraient s'en trouva même un peu ému...
Enfin. Sur le dos de Corne Dure, Boïmir s'était donc dirigé vers la ville, sans hâte. Rien ne pressait. Personne ne risquait de l'attendre... et heureusement. Le port était tel qu'un nain pouvait le rêver: pas trop d'agitation sur les embarcations, mais beaucoup dans les tavernes, gargotes, auberges, et autres échoppes du même acabit. Un petit sourire satisfait aux lèvres, le nain mit pied à terre en se frottant les mains. On commencerait à boire un coup, puis on aviserait.


*Viens aussi, mon vieux, tu as droit à ta choppe !*
*Tu crois qu'ils accepteront un vieux bouc puant à l'intérieur?*
*Crois en mon expérience, Corne Dure, tu ne seras pas le seul.*

Au cœur de son esprit, Boïmir sentit une étrange pensée lui parvenir. Quelque chose de confus, sans mots qui se détachent, une sorte d'impression mi-absurde, mi-sensée... En observant son compagnon, le nain compris avec surprise qu'il s'agissait d'une sorte d'éclat de rire mouflonesque.
A l'intérieur de la taverne, les choses étaient au calme. De robustes marins négociaient leurs affaires du lendemain autour d'une tournée de rhum, des travailleurs jouaient aux cartes. Pour l'essentiel, il s'agissait d'humains, mais l'œil aiguisé de Boïmir ne manqua pas de remarquer un nain qui buvait seul dans un coin de la salle, l'air absorbé par un parchemin qu'il lisait et relisait.
Sans hésitation, le jeune nain se dirigea droit vers lui, attrapant trois bières au passage. Eh, quoi ! Animal ou pas, Corne Dure s'y ferait comme lui se faisait à son odeur persistante et à son dos raide. Et puis, c'était sa tournée, il ne s'agissait pas de discuter...


-Bonsoir, l'ami ! Boïmir Koc'h, région ouest du Thran'Reï. A ta santé !

Se présentant à son tour du bout des lèvres, le nain trinqua et vida sa choppe d'une traite. Il relisait pour la dixième fois le message qu'il tenait déplié devant lui.
Le silence se faisant pesant, d'autant plus que Corne Dure était trop occupé avec sa bière pour s'intéresser à ce qui se passait, Boïmir s'empara du parchemin.


-Eh ! On peut savoir ce que tu fais?
-Je me renseigne sur le manque de cordialité d'un frère qui vient de recevoir une choppe d'un autre frère, mon frère.
-Oh.

Prenant soudain conscience de son manque de sympathie, le nain entreprit de s'excuser à la manière naine: il fit venir les deux tournées suivantes et s'engagea à les régler lui-même. Après quoi une vive conversation s'éleva.
Gurdil des grottes de Malebranche était un mercenaire assez connu dans le pays, d'autant plus qu'il occupait une fonction d'importance au sein d'Edhersil, la guilde des nains. A ce titre, on lui envoyait régulièrement des ordres de mission bien payés, qu'il mettait un point d'honneur à toujours exécuter sans en omettre un seul. Jusque là, il s'y était d'ailleurs bien tenu.
Cependant, la missive qu'il épiait toujours du coin de l'œil le dérangeait. C'était une convocation datée du jour même, l'invitant à se rendre dans une zone obscure de la ville pour une aventure qui durerait plusieurs jours... et il avait accepté deux autres travaux courts pour le lendemain et le surlendemain ! Il prévenait pourtant ses employeurs: toujours prévenir une semaine à l'avance... mais d'un côté, il était malmené par sa conscience professionnelle légendaire, qui lui ordonnait de ne jamais abandonner un client qui comptait sur sa présence.
Tout en écoutant son interlocuteur, Boïmir descendait des choppes et échangeait quelques pensées avec Corne Dure, qui peinait à rester attentif. La boisson inhabituelle semblait le rendre tout euphorique.
Soudain, Gurdil se frappa le front du plat de sa main. D'une soudaine brusquerie, il s'empara d'un flacon de rhum, qui trainait par là, et le vida dans son entier.


-Dis voir, mon gars, un jeune nain comme toi sait forcément se battre, n'est-ce pas? Et puis, pour ne pas être enfermé dans une caverne, tu dois aimer l'aventure, eh? Une mission payée, en groupe, ça ne te dirait pas? Tu es un nain, et les hommes du groupe ne connaissent probablement pas mon nom... ils ont dû entendre dire que je suis un nain, à la rigueur... c'est le demandeur qui fait passer les ordres de mission. Et encore, en ce qui me concerne, les ordres transitent souvent par le biais d'Edhersil. C'est le cas pour celui-ci. Qu'en dis-tu?

Ne cherchant plus tellement à communiquer avec le mouflon, tant son esprit semblait s'être égaré, Boïmir ne chercha même pas à réfléchir. Spontanément, il s'empara de la missive, et accepta joyeusement. Comme quoi, le destin pourvoit à tout ce qu'un nain vigoureux ose lui demander, pourvu qu'il sache saisir les occasions.


***



Le lieu de rendez-vous convenu se situait sur le port, à l'annexe 37... pour Boïmir et Corne Dure, ce fût une affaire épouvantable que de s'y rendre. Les marins que le nain aborda étaient tous des soulards épouvantables, et la moitié, sous prétexte de le renseigner, l'embarquèrent dans des tavernes diverses desquelles il ne pouvait s'échapper avant d'avoir passé les trois tournées règlementaires.
Ce fût donc quelque peu éméché et complètement par hasard que notre nain parvint au lieu de rendez-vous. Il s'agissait d'un bar qui survivait difficilement. Sa bière était tiède, et son whisky frelaté... enfin, il y avait la clientèle habituelle, faite à l'image de la boisson servie.
Dans un angle, Boïmir devina ses deux partenaires de mission. Il avait soupiré d'aise en apprenant qu'il s'agirait d'un ange (passe encore), et d'un humain. Heureusement, pas d'elfe au programme... 'fallait croire que Gurdil n'aurait pas osé lui faire pareil mauvais coup. Qu'on se refourgue les mauvais matériaux, passe encore, mais les elfes... pouah !


-Salut la compagnie ! Boïmir Koc'h de l'est du Thran'R... Reï pour vous servir ! Dites, vous auriez pût trouver un trou moins glauque et moins perdu pour le rendez-vous... ça m'aurait évité d'accepter les vingt-et-une dernière tournées offerte par ceux qui ne m'ont pas renseigné.
Aaah! J'oubliais l'essentiel. Voici Corne Dure, c'est un copain, et il porte bien son nom.


L'air désinvolte, Boïmir désigna le mouflon, qui avançait à petits pas nonchalants. En face, l'ange et le jeune homme semblaient incrédules... Quel imbécile leur avait-on jeté sur le dos?


Dernière édition par Boïmir Koc'h le Dim 17 Jan - 21:32, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorian Websther
Mage
avatar

Nombre de messages : 720
Âge : 25
Localisation : Archipel d'Eolia, Nord de Zagorne
Date d'inscription : 29/11/2008

Fiche Perso
Niveau:
3/10  (3/10)
Expérience:
60/100  (60/100)
Données:

MessageSujet: Re: A travers les brumes [Boïmir, Adelior] [Quête libre]   Sam 16 Jan - 13:46

"Bien sûr ! C'est tout à fait normal. Je suis, pour faire simple, un idéaliste pensant que pour rétablir un ordre dans le monde, il ne suffit que d'un peu d'imagination, de persévérance et d'un brin de magie. Oui, vous l'avez deviné, je suis donc mage. Mais mon niveau reste relativement basique. Je cherche par diverses aventures à acquérir une certaine expérience et une certaine connaissance de Neïliona pour me permettre de me rapprocher de mon idée. Ce n'est probablement qu'un rêve, mais j'avance ainsi... Et vous, Dorian Websther ? Je pense que nous pouvons parler, en attendant le dernier du trio !"

Ainsi, Adelior était un confrère !

"Et bien, je suis moi-même Mage, depuis plus longtemps que vous sans doute. Je travaille à la Citadelle d'Ivoire, en Andaros. Je vois à votre air curieux que vous vous attendez à ce que je vous compte une vie extraordinaire de par ma race mais je suis désolé de vous dire que je n'ai rien de particulier. Seuls les plus puissants des Anges Gardiens ou des Hauts Mages Anges sont intéressants."

Quoi que... Les Anciens de la Citadelle étaient tout sauf intéressants.
Derrière l'homme arrivait un Nain assit nonchalamment sur un bouc. Arrivé à eux, il se présenta :

"Salut la compagnie ! Boïmir Koc'h de l'est du Thran'R... Reï pour vous servir ! Dites, vous auriez pût trouver un trou moins glauque et moins perdu pour le rendez-vous... ça m'aurait évité d'accepter les vingt-et-une dernière tournées offerte par ceux qui ne m'ont pas renseigné. Aaah! J'oubliais l'essentiel. Voici Corne Dure, c'est un copain, et il porte bien son nom."

Visiblement, il était salement amoché et ne semblait plus avoir toute sa tête. Ce n'était pourtant pas cette personne à qui Dorian avait envoyé la lettre. Qu'était ce quiproquo ? Websther casta un sortilège simple qu'on lui avait appris lors de son séjour à l'université de Zagorne. Son effet était très utile car il permettait d'ôter l'alcool d'un corps. Il avait du maintes fois l'utiliser vu les nombreuses beuveries de ses compagnons d'étude.
L'Ange se leva et posa la main sur l'épaule du Nain.

"Ca risque de secouer un peu."

Là, il lança son sort. Il n'y avait aucun effet visible mais les yeux soudain exorbités de Boïmir signifiaient que cela avait réussi. Le choc soudain fit tomber le petit homme de sa monture. Dorian sourit jaune et alla se rasseoir. Il invita le Nain à se joindre à eux et demanda :

"Il me semblait avoir envoyer ma lettre à un certain Gurdil. Puis-je savoir pourquoi elle a atterrit entre vos mains ?"

[HJ : Boïmir, j'adore ton arrivée ^^]

_________________
_________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelior Sil'Endra
Mage
avatar

Nombre de messages : 65
Date d'inscription : 12/12/2009

Fiche Perso
Niveau:
1/10  (1/10)
Expérience:
65/100  (65/100)
Données:

MessageSujet: Re: A travers les brumes [Boïmir, Adelior] [Quête libre]   Lun 18 Jan - 19:12

Adelior sortit de ses pensées grâce à la réponse de son interlocuteur, Dorian.

"Et bien, je suis moi-même Mage, depuis plus longtemps que vous sans doute. Je travaille à la Citadelle d'Ivoire, en Andaros. Je vois à votre air curieux que vous vous attendez à ce que je vous compte une vie extraordinaire de par ma race mais je suis désolé de vous dire que je n'ai rien de particulier. Seuls les plus puissants des Anges Gardiens ou des Hauts Mages Anges sont intéressants."

Le jeune homme nota que l'Ange était plus vieux, donc. Mais il remarqua aussi la pointe de rancœur qui apparut brièvement sur le visage de Dorian. Quoi que ce soit dernier en disait, il semblait ne penser ses mots qu'à demi... Mais Adelior ne put répondre que l'ouverture du bar laissait place, bruyamment, à un nain et... un bouc? Une chèvre? Le jeune homme ne s'y connaissait guère en terme d'animaux, il avait toujours préféré les plantes... Mais cette vue lui fit l'effet d'une bonne blague. Peut-être en était-ce une?

Adelior regarda le nouvel arrivant avec une incrédulité probablement largement visible sur son visage. Il attendait de voir ce qui allait se passer, mais restait ébahi de ce vacarme causé par un unique nain et... sa monture? Son ami? Le jeune homme sentait que cette aventure allait lui apporter plus de connaissances qu'il ne l'aurait espéré...

Le nain fit rapidement le tour du lieu de ses deux yeux vitreux. Au grand bonheur d'Adelior, le nain arrêta son regard sur Dorian et lui, puis les rejoint, l'animal à sa suite.

"Salut la compagnie ! Boïmir Koc'h de l'est du Thran'R... Reï pour vous servir ! Dites, vous auriez pût trouver un trou moins glauque et moins perdu pour le rendez-vous... ça m'aurait évité d'accepter les vingt-et-une dernière tournées offerte par ceux qui ne m'ont pas renseigné. Aaah! J'oubliais l'essentiel. Voici Corne Dure, c'est un copain, et il porte bien son nom."

Il était saoul! Le jeune homme pensa que le lieu avait probablement été choisi en partie pour passer relativement incognito. Raté! Adelior se sentait de plus en plus amusé, et cela devait commencer à se lire sur son visage. Il finit ce qui lui restait de jus de fruit et assista à la réaction de Dorian, sans broncher. L'Ange se leva et posa sa main sur le nain.

"Ca risque de secouer un peu."

Aux yeux du nain, Adelior comprit que l'Ange le purgeait alors de l'alcool dont il s'était abreuvé. Cependant il doutait que cela plairait vraiment au nain... Que cherchait donc l'Ange? Le jeune Neïlionien comprit aux paroles que Dorian prononça après avoir fait signe au dénommé Boïmir de s'asseoir.

"Il me semblait avoir envoyer ma lettre à un certain Gurdil. Puis-je savoir pourquoi elle a atterrit entre vos mains ?"

Ainsi ce nain n'était pas celui attendu, intéressant. Adelior attendit que le nain, et son bouc, s'installent pour se présenter par politesse, chuchotant pour montrer qu'il ne voulait pas interférer.

" Bonjour Boïmir, et... Corne Dure...? Je suis Adelior. "

Le jeune homme se sut pas vraiment s'il fallait saluer l'animal, mais le nain l'avait appelé "copain", donc il avait préféré ne pas risquer de mauvais quiproquo... Il se réinstalla sur son siège, souriant, curieux de ce qu'allait répondre le nain. Il fallait croire que l'aventure commençait maintenant, et non dans une contrée lointaine ou sur une barque flottant à peine...








Dorian Websther a écrit:
[HJ : Boïmir, j'adore ton arrivée ^^]
=> +1!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Boïmir Koc'h

avatar

Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 10/10/2009

Fiche Perso
Niveau:
1/10  (1/10)
Expérience:
10/100  (10/100)
Données:

MessageSujet: Re: A travers les brumes [Boïmir, Adelior] [Quête libre]   Lun 25 Jan - 14:06

[Ouf, je eux enfin poster pour vous prévenir. Je trouverais certainement moyen de poster cette semaine, mais en ce moment, j'ai deux problèmes: je suis en partiels, et en plus, la connexion que je squatte habituellement ne marche plus depuis une semaine. Donc bon, ça m'oblige à trimballer le matériel à la fac. Voilà, encore désolée ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Boïmir Koc'h

avatar

Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 10/10/2009

Fiche Perso
Niveau:
1/10  (1/10)
Expérience:
10/100  (10/100)
Données:

MessageSujet: Re: A travers les brumes [Boïmir, Adelior] [Quête libre]   Mer 3 Fév - 17:48

Ah, grande mère, ce faux-frère de Gurdil ! Après l'avoir convaincu de s'embarquer dans une affaire dont il ne connaissait ni les tenants, ni les aboutissants, qui l'avait menée à se faire saouler par politesse et dessaouler sauvagement par l'un de ses futurs compagnons, voilà qu'il le mettait dans une situation bien délicate. L'ordre de mission n'avait pas transité par la guilde, et comportait bel et bien le nom de son destinataire ! Bref. Il n'avait strictement rien à faire là, avachi sur une chaise, coincé entre une migraine à décorner les boucs, un mouflon, et un ange visiblement soupçonneux et doté de pouvoirs étranges... Ah, vraiment, belle affaire !
Quelque peu rassuré par le comportement avenant du jeune homme qui demeurait en retrait par-rapport au mage, Boïmir s'éclaircit la voix. Mieux valait dire la vérité. Un être capable de purger l'alcool contenu dans le sang d'un nain pouvait bien être capable de lire à travers les lignes des mensonges les plus habiles.


-En effet, je ne suis pas tout à fait celui que vous attendiez. Gurdil est un de mes frères, que j'ai eu le plaisir de rencontrer dans une auberge, en arrivant dans cette ville...

Il n'y avait rien de faux, dans les paroles du nain. Après tout, les membres de sa race ont tendance à se considérer tous comme frères et sœurs, sans réel abus de langage... Cela, même un mage clairvoyant ne saurait le deviner avec certitude.

-Nous avons échangé quelques tournées, bien sûr. Les nains sont des gens bien élevés, n'est-ce pas? Mais j'étais stupéfait de le voir s'inquiéter pour un morceau de parchemin qu'il tenait étalé devant lui, pendant que sa bière tiédissait... Il en oubliait de trinquer, vrai comme je vous vois !
Alors, je lui ai demandé quel était le problème. Il m'a répondu qu'il était quelque chose comme un mercenaire consciencieux, et qu'un ordre de mission lui était parvenu trop tard. Que son honneur était en jeu, qu'il ne pouvait pas être aux mines et à la forge en même temps, bref, en clair, il a cherché à me faire comprendre qu'il lui faudrait un remplaçant. J'ai accepté, et nous voici. Pas plus compliqué que ça...


Devant l'apparent scepticisme de l'ange, et le sourire du jeune homme qui faisait connaissance avec Corne Dure, Boïmir se trouva désemparé un court instant. Plus impressionnable que la plupart des nains, il préféra s'en remettre au mouflon, qui s'introduisait justement dans sa pensée.

*Eh bien, Boïmir, ce jeune là a de bonnes manières...*
*L'autre n'a pas l'air de rigoler. En plus, j'aime pas des masses ce genre de pouvoir... dégriser un nain, c'est pas loin d'être de la magie noire. *
*Bah...*


[Hrp: post court et peu inspiré... à vous de jouer Wink Je serais plus rapide à l'avenir.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorian Websther
Mage
avatar

Nombre de messages : 720
Âge : 25
Localisation : Archipel d'Eolia, Nord de Zagorne
Date d'inscription : 29/11/2008

Fiche Perso
Niveau:
3/10  (3/10)
Expérience:
60/100  (60/100)
Données:

MessageSujet: Re: A travers les brumes [Boïmir, Adelior] [Quête libre]   Mer 3 Fév - 23:01

"En effet, je ne suis pas tout à fait celui que vous attendiez. Gurdil est un de mes frères, que j'ai eu le plaisir de rencontrer dans une auberge, en arrivant dans cette ville... Nous avons échangé quelques tournées, bien sûr. Les nains sont des gens bien élevés, n'est-ce pas ? Mais j'étais stupéfait de le voir s'inquiéter pour un morceau de parchemin qu'il tenait étalé devant lui, pendant que sa bière tiédissait... Il en oubliait de trinquer, vrai comme je vous vois !
Alors, je lui ai demandé quel était le problème. Il m'a répondu qu'il était quelque chose comme un mercenaire consciencieux, et qu'un ordre de mission lui était parvenu trop tard. Que son honneur était en jeu, qu'il ne pouvait pas être aux mines et à la forge en même temps, bref, en clair, il a cherché à me faire comprendre qu'il lui faudrait un remplaçant. J'ai accepté, et nous voici. Pas plus compliqué que ça..."


Dorian se frictionna le nez et ferma les yeux. C'était un réel problème ; Gurdil était un Nain connu et reconnu dans le métier et voilà que débarquait un Nain bourré chevauchant un mouflon ! Cependant, il n'avait d'autre choix que d'accepter l'aide proposée par ledit Boïmir car Adelior et lui ne feraient pas face aux péripéties qui les attendraient dans la Baie des Brumes.
L'Ange claqua des mains et rouvrit les yeux :

"Bien ! Je crois que nous allons devoir faire confiance à Boïmir et à Corne-Dure !"
dit-il à l'attention d'Adelior. Il se tourna ensuite vers l'être de petite taille et lui demanda : "Quels services pouvaient-nous nous proposer pour la mission qui nous attend ?"

Websther sortit de sa bourse une pièce de cuivre qu'il posa sur la table. Adelior ferait de même pour la boisson qu'il avait commandé.

[HJ : Oulala j'ai pas d'inspiration non plus ^^ Désolé, je suis un peu pris IRL aussi !]

_________________
_________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adelior Sil'Endra
Mage
avatar

Nombre de messages : 65
Date d'inscription : 12/12/2009

Fiche Perso
Niveau:
1/10  (1/10)
Expérience:
65/100  (65/100)
Données:

MessageSujet: Re: A travers les brumes [Boïmir, Adelior] [Quête libre]   Dim 7 Fév - 15:08

Le nain répondit alors, après avoir remis ses esprits en place, certainement.

"En effet, je ne suis pas tout à fait celui que vous attendiez. Gurdil est un de mes frères, que j'ai eu le plaisir de rencontrer dans une auberge, en arrivant dans cette ville..."

Boïmir prit une petite pause avant de reprendre. Peut-être ses esprits n'étaient pas encore tout à fait en place, Adelior n'y connaissait pas grand chose aux effets de l'alcool, et encore moins à ceux d'une purge rapide et efficace...

"Nous avons échangé quelques tournées, bien sûr. Les nains sont des gens bien élevés, n'est-ce pas? Mais j'étais stupéfait de le voir s'inquiéter pour un morceau de parchemin qu'il tenait étalé devant lui, pendant que sa bière tiédissait... Il en oubliait de trinquer, vrai comme je vous vois !
Alors, je lui ai demandé quel était le problème. Il m'a répondu qu'il était quelque chose comme un mercenaire consciencieux, et qu'un ordre de mission lui était parvenu trop tard. Que son honneur était en jeu, qu'il ne pouvait pas être aux mines et à la forge en même temps, bref, en clair, il a cherché à me faire comprendre qu'il lui faudrait un remplaçant. J'ai accepté, et nous voici. Pas plus compliqué que ça... "


Le bout de l'affaire était donc là, ce nain remplaçait celui qui avait été demandé à la base. Ce n'était pas bien grave, après tout. A trois, ils pouvaient bien remplir la mission, quand même... Enfin, Adelior l'espérait. De son côté, Dorian semblait en proie à une forte hésitation. Mais elle sembla se dissiper quand il claqua dans les mains en répondant:

"Bien ! Je crois que nous allons devoir faire confiance à Boïmir et à Corne-Dure !"

Le jeune homme était d'accord, et d'une certaine façon, il leur faisait déjà confiance, ou bien était-ce une forte curiosité...? L'ange continua alors particulièrement à l'attention du nain.

"Quels services pouvez-vous nous proposer pour la mission qui nous attend ?"

Laissant quelques instants au nain pour pouvoir répondre, Dorian sortit une pièce pour payer son breuvage. Adelior réagit aussitôt en poussant la pièce vers lui, et en posant une grosse pièce d'or à la place. Il pensait au pourboire qui allait devoir être important pour faire "oublier" leur passage assez remarqué. Il expliqua tout bas à Dorian:

"Le pourboire. Nous n'avons pas été très discret. Simple précaution."

Puis il répondit, apparemment en coupant la parole au nain qui allait répondre à Dorian.

"Quel que soit ce que Boïmir peut nous apporter ou non, ne ferions-nous pas mieux de continuer dehors, en nous mettant en chemin? Nous gagnerions ainsi du temps, et nous pourrions faire plus ample connaissance avant l'arrivée des "invités" que nous trouverons sur notre route. Non?"

Le jeune homme avait imagé les futurs obstacles à leur mission, il savait que les deux autres comprendraient, laissant ceux, dans l'auberge, qui les aurait écouté, dans une certaine incompréhension due à l'alcool. A ses mots, il se leva et fit signe à l'ange, au nain, et au mouflon, de faire comme lui et de le rejoindre à l'extérieur. Une fois tous dehors, à quelques dizaines de pas de l'auberge, Adelior s'inclina et s'expliqua enfin plus clairement.

"Je suis navré de vous avoir coupé court, ami nain, ami ange, cependant j'ai pour principe de ne jamais parler de trop de choses à la fois dans le même endroit. Et puis, comme vous l'avez dit Dorian, le groupe est constitué finalement, car Boïmir en fera parti quoi qu'il en soit, alors autant y aller, et continuer à parler en chemin. Cela me parait plus sage et sécuritaire."

Adelior se tut alors, attendant réprimande ou non, droit, mais sûr du bien fondé de ses actions. Cependant, s'ils devaient effectivement avancer, seul dorian connaissait le chemin exact... Donc lui seul pourrait mener le groupe, alors le jeune homme espérait que l'ange était d'accord avec lui...







[HJ: j'espère avoir fait ce qu'il fallait pour faire avancer la quête et vous remotiver ^^ et désolé pour mon propre retard, ma fin de semaine a été secouée xD]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorian Websther
Mage
avatar

Nombre de messages : 720
Âge : 25
Localisation : Archipel d'Eolia, Nord de Zagorne
Date d'inscription : 29/11/2008

Fiche Perso
Niveau:
3/10  (3/10)
Expérience:
60/100  (60/100)
Données:

MessageSujet: Re: A travers les brumes [Boïmir, Adelior] [Quête libre]   Jeu 18 Fév - 18:34

Spoiler:
 


Ce fut Adelior qui prit la parole :

"Quel que soit ce que Boïmir peut nous apporter ou non, ne ferions-nous pas mieux de continuer dehors, en nous mettant en chemin ? Nous gagnerions ainsi du temps, et nous pourrions faire plus ample connaissance avant l'arrivée des "invités" que nous trouverons sur notre route. Non ?"

Dans le fond, il n'avait pas tort, ils allaient devoir se contenter de Boïmir... L'Humain se leva, laissa un pourboire et les entraîna hors de l'annexe 37 afin de se mettre en route. Il s'arrêta juste au bout, c'est à dire à quelques mètres des quais principaux, là où passaient les plus gros navires.

"Je suis navré de vous avoir coupé court, ami Nain, ami Ange, cependant j'ai pour principe de ne jamais parler de trop de choses à la fois dans le même endroit. Et puis, comme vous l'avez dit, Dorian, le groupe est constitué finalement, car Boïmir en fera parti quoi qu'il en soit, alors autant y aller, et continuer à parler en chemin. Cela me parait plus sage et sécuritaire."


Dorian n'eut pas besoin d'examiner outre mesure le Nain car la seule vue de l'animal qui l'accompagnait lui fit comprendre qu'il s'agissait d'un Vifier. Ce n'était pas le meilleur atout pour le voyage qui les attendait mais il était intéressant de l'avoir à ses côtés, on ne sait jamais ce qui peuple les îles. "Vous avez raison. S'apitoyer sur son sort ne sert à rien. Notre équipe est au complet, malgré les quelques modifications. Sortons de la ville afin que je puisse vous expliquer notre programme."

En silence, ils marchèrent d'un pas rapide, Dorian menant le reste du petit groupe. Il leur fallut près de trois quarts d'heure pour sortir de la ville à proprement parler car la périphérie certes moins dense n'était pas moins urbanisée. Le flot de passants était bien moindre et marcher et parler pouvait se faire en toute tranquillité. La route que le trio empruntée était large d'une quinzaine de mètres et était séparée en deux parties, chaque partie séparée elle-même en deux autres parties : une grande allée réservée aux convois de marchandises et une autre plus petite pour les passants. Ils continuèrent ainsi, tout aussi silencieusement, durant une bonne demie-heure avant de définitivement sortir d'Archeros. Là, l'Ange s'assit sur un rocher et invita ses compagnons de mission à le rejoindre. Une fois assis en triangle, Websther sortit la carte.

"D'abord, quelques précautions d'usage. Le colis que nous avons à remettre est l'épée qui est attachée à ma ceinture. En aucun cas nous devrons l'utiliser. Elle doit rester vierge jusqu'à ce que nous la remettions à son destinataire. Ensuite, nous ne devrons pas dire chez qui nous nous rendons. Notre client tient à rester discret. Si on nous pose la question, trouvez une réponse potable. Dernier point, restez le plus éloigné possible des récifs et des côtes. La brume épaisse que nous allons devoir traverser n'est pas naturelle et est due à des animaux marins qui la sécrètent pour mieux attraper leurs proies. Si Boïmir peut essayer de les repérer ou tout du moins leur parler en cas d'attaque, ça serait vraiment bien." Il fit une petite pause puis reprit : "Autre chose encore. La Citadelle payera toutes les dépenses lors de l'aller seulement. Le retour se fera à votre convenance et à vos frais. Questions ?"

Spoiler:
 

_________________
_________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A travers les brumes [Boïmir, Adelior] [Quête libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
A travers les brumes [Boïmir, Adelior] [Quête libre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Prix du petrole a travers le temps
» A travers la montagne. [PV Peintre]
» Courant a travers bois
» Dans les brumes du Paradis [Flash Back]
» « Deux hommes regardent à travers les mêmes barreaux. L'un voit la boue, l'autre les étoiles. » - Dio ♠

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Linoa :: Dellura :: Baie des Brumes-
Sauter vers: